Petits et grands bonheurs aux Correspondances d’Eastman

Petits et grands bonheurs aux Correspondances d’Eastman


(Eastman, mardi 30 mai 2006) -- C’est un lieu commun de dire que la recherche du bonheur est le but de la vie… Résumant assez bien la chose, Woody Allen n’a-t-il pas déclaré : « Qu’est-ce que je serais heureux si j’étais heureux ! » et le philosophe André Comte-Sponville revendique, quant à lui, qu’« il faut vivre pour de bon au lieu d’espérer vivre ». Mais il y a bien des obstacles à surmonter, des souffrances à vivre, des colères et des peines qui nous habitent malgré tout. C’est de cette condition humaine dont nous parlent les écrivains. Paradoxalement, l’écriture est pour plusieurs d’entre eux une source de paix intérieure qui aide à surmonter les découragements; sans parler de la satisfaction qu’apporte la lecture même quand celle-ci provoque une remise en question.

Le thème du Bonheur, retenu pour la quatrième année des Correspondances d’Eastman, a été proposé à l’équipe par Jacques Allard, président sortant de la Société des nuits d’Eastman.


Une quatrième année faste
Du 3 au 6 août
, des milliers de personnes sont attendues à Eastman, un petit village de 1 200 habitants situé en aval du mont Orford. La présidente de la Société productrice des Correspondances, madame Nicole Fontaine, a bien hâte de les accueillir : « Il faut voir cette foule recueillie déambulant en silence dans les rues du village. En cette quatrième année, nous les amènerons à réfléchir au BONHEUR ! Activités d’écriture, rencontres littéraires et lectures-spectacles aborderont tour à tour les sens multiples que, depuis la nuit des temps, auteurs, philosophes et gourous ont donnés au mot BONHEUR. »

Ainsi, les écrivains invités aux Correspondances exploreront les diverses manifestations du bonheur : plaisir et joie, espoir, enchantement et ravissement, extase et béatitude, sans oublier la mélancolie ou le bonheur d’être triste.

Des animateurs chevronnés mettront en piste les écrivains. Alain Crevier dirigera une table ronde sur le thème de l’éternité et de l’espérance, alors que les auteurs rassemblés autour de Serge Bouchard se demanderont s’il vaut mieux être sage pour être heureux, et que Robert Blondin questionnera le combat des écrivains contre le malheur. Une quatrième rencontre est proposée par le Comité Trans-Québec de l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ). Celle-ci sera animée par le président et sympathique chroniqueur littéraire Stanley Péan, autour des grands bonheurs et des petits malheurs des écrivains en région. Présentée en collaboration avec l’UNEQ, cette activité est gratuite. Les cafés littéraires auront lieu sur la terrasse du Théâtre La Marjolaine, partenaire de ces rencontres.

Les Correspondances d’Eastman proposent également quatre lectures-spectacles inspirées d’œuvres littéraires. Dans l’intimité de l’église Saint-Édouard d’Eastman, les festivaliers pourront (re)découvrir les bonheurs d’occasion, et de toujours, de Gabrielle Roy (jeudi 3 août, 20 h); goûter au bonheur d’écrire de Marie Laberge (vendredi 4 août, 19 h 30); partager les plaisirs de Francine Ruel, extraits de ses délicieuses chroniques, et la poésie exaltante de Michel Garneau (samedi 5 août, 20 h). Tard en soirée, le Cabaret de l’extase prendra la relève avec de jeunes poètes, conteurs et interprètes, dont « le ménestrel » des Correspondances, Mathieu Lippé (samedi 5 août, 21 h 30).

C’est un BAL DANSANT animé par Francine Ruel qui célèbrera l’ouverture de la Fête des lettres sur une note des plus rythmées ! Tous les détails de la programmation se retrouvent dans le dépliant et sur notre site Internet www.lescorrespondances.ca.


Lire et écrire, des plaisirs qui se partagent
Cette année encore, les épistoliers s’aventureront sur le Circuit des lettres, lequel compte une quinzaine de chambres et de jardins d’écriture, « les plus beaux de la région » au dire de plusieurs. « Dès votre arrivée, explique Line Richer, directrice des Correspondances, on vous remet un stylo : votre laissez-passer pour les chambres et les jardins d’écriture. Papier et enveloppes sont fournis et les missives sont postées gracieusement, partout dans le monde, pourvu qu’elles soient glissées dans l’enveloppe officielle des Correspondances. »

Les lettres peuvent aussi être soumises au concours de la Poste restante. Pour ce faire, elles doivent avoir été écrites les vendredi 4 et samedi 5 août, dans une chambre d’écriture réservée à cette activité, sur le chemin du lac d’Argent. Les règlements seront dévoilés sur place.


Francine Ruel, porte-bonheur des Correspondances
« Quand Louise Portal nous a proposé Francine Ruel pour prendre sa relève comme porte-parole, sa suggestion nous a immédiatement emballés. Nous étions certaines, nous dit Line Richer, que son amour de l’écriture et sa passion pour les beaux jardins la convaincrait de vouloir vivre l’aventure des Correspondances. Par sa candeur et sa vivacité, Francine apportera un nouveau souffle à l’événement. » Rappelons que Francine Ruel est auteure, dramaturge, romancière et scénariste. Elle est récipiendaire de plusieurs prix, notamment ceux des Festival de Strasbourg et d'Avignon, ainsi que d’un Gémeau.

« Il est très difficile de refuser lorsqu’on vous propose d’être la porte-bonheur d’un événement. Surtout lorsqu’il est question de livres, de lettres et de jardins. C’est pourquoi, je me ferai un grand plaisir d’inciter les gens à venir faire la fête des lettres aux Correspondances d’Eastman, témoigne Francine Ruel. Ciceron disait : "Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu’il vous faut". Il sera tellement agréable de faire notre bonheur dans des jardins de rêve autour des lettres et des livres, et des auteurs et des gens et du temps qui passe. "Le bonheur, c’est quand le temps s’arrête" disait Gilbert Cesbron; c’est ce qui va m’arriver le premier week-end d’août, avec vous. »

Un défi de taille pour un petit organisme
Afin de réaliser un événement culturel d’envergure en région, l’apport de nombreux bénévoles (ils sont 150 au total !) et de plusieurs partenaires du milieu des affaires est requis. Pour la troisième année consécutive, la société Quebecor est le partenaire principal des Correspondances, lui assurant ainsi une contribution importante tant au niveau des imprimés que de la visibilité. Afin de mettre toutes les ressources en place, cette grande manifestation littéraire doit également compter sur le soutien du Conseil des arts du Canada, de Postes Canada, de la firme comptable Raymond Chabot Grant Thornton, de la Caisse populaire Desjardins du Lac-Memphrémagog et de la société d’état Hydro-Québec.

Produites par la Société des nuits d’Eastman (SONE), Les Correspondances d’Eastman reçoivent également le soutien structurant de la MRC Memphrémagog, dans le cadre du pacte rural, et de la Municipalité d’Eastman. La SONE espère également recevoir une réponse favorable du Conseil des arts et des lettres du Québec, dans le cadre du programme de soutien aux manifestations littéraires. Cette annonce doit être livrée à la fin de juin. Rappelons que l’apport des subventions est essentiel à la poursuite des activités et qu’il permet des retombées importantes au plan du développement du public.

Du 3 au 6 août, les Correspondances vous promettent quatre jours de pur bonheur !


Billets : (450) 297-2265 / 1 888-297-3449
Renseignements : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.



- 30 –


Source : Line Richer, directrice générale et productrice

Renseignements médias : Katia Deschênes (819) 868-8573 / (819) 823-4990
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Photographies disponibles sur demande.

Référence bibliographique :
Le Bonheur désespérément, André Compte-Sponville. J'ai Lu, 2003, 86 pages.