Archives - Concours des écoliers 2005

Près de 200 élèves de la région ont participé cette année au Concours de la plus belle lettre sur le thème du rêve. Les six gagnant(e)s représentent trois établissements scolaires : l’école primaire du Val de Grâce d’Eastman, ainsi que les écoles secondaires La Ruche et La Relance de Magog.
Présidé par l’écrivaine Denise Neveu, le jury était formé de Guillaume Lachapelle, Renée Loignon, Ghislaine Thibault et Élaine Richer. Les noms des lauréats ont été annoncés le samedi 20 août dernier. Cette cérémonie de remise des prix a été animée par Mathieu Lippé et David Boutin.



Sarah Bergeron Blais, 5e année
Gabrielle Fortin, 6e année
Fauve Jutras, 3e secondaire
David Bélanger-Lefebvre
Stéphanie Vachon, 3e secondaire
Maxime Turgeon, 4e secondaire





Salut Jello !
Ça va aujourd’hui ? Moi, ça va, malheureusement, je me suis fait mal à la jambe, mais ce n’est pas de ça que je voulais te parler. Je voulais te parler de mon rêve : devenir un poisson et de ma liberté dans l’eau. Tu sais, je vais être vraiment libre de faire ce que je veux. Rien n’aurait de prix, ça serait magnifique. Je me promènerais de lacs en lacs, de mers en mers, d’océan en océan, je serais au paradis. Et en plus, je me ferais des ami(e)s et on s’amuserait comme des fous et des folles Ça va être fantastique. Je crierais LIBERTE POUR TOUJOURS à pleine voix sans que personne ne m’avertisse. Je m’imagine déjà en train de faire des pirouettes. Comme ça serait génial !
J’aimerais te parler aussi des couleurs fantastiques que j’aurais sur moi. Il y aurait du bleu ciel avec du jaune et plein d’autres couleurs. Elles brilleraient comme une étoile filante. J’aurais de très belles écailles qui scintilleraient à la couleur de l’eau. J’aurais aussi les yeux verts mélangés avec du bleu. Je serais de couleurs fluos comme un arc-en-ciel, j’aurais toutes les couleurs de l’arc-en-ciel.
Je serais différente de tous les autres poissons, mais je ne serais jamais découragée d’être différente, je resterais positive tant qu’il le faut. Je commence à rêver un petit peu trop en couleur, je vais revenir sur terre.
Maintenant Jello, j’aimerais te dire une dernière chose à propos de mon rêve de devenir un poisson. C’est surtout à cause du paysage, et aussi à cause de la beauté dans l’océan et dans la mer. Les paysages sont complètement différents que sur terre, les poissons remplacent les humains, les algues et les plantes remplacent les arbres. etc. On a un différent mode de vie. Dans l’eau, on n’a pas à aller à l’école, on n’a pas à travailler pour gagner de l’argent et s’acheter de la nourriture car la nourriture pour un poisson, c’est gratuit, on n’a pas besoin d’attendre pour aller aux toilettes, on se fait des ami(e)s en un clin d’œil. La vie dans l’eau, c’est comme un sourire. C’EST FANTASTIQUE ! (Qu’est-ce qu’il y a de plus fantastique qu’un sourire ?)
Il faut que je parte, Jello, je suis contente d’avoir partagé avec toi mon rêve imaginaire. S’il se réalise, j’espère que tu ne me mangeras pas. Tu resteras toujours mon gros minou adoré, tu as toujours été gourmand, mais je t’aime comme ça. Pour moi, tu es le plus fin des chats. Tu diras à Poudding que je l’aime beaucoup.

Gros bisous,
Sarah xxx


Sarah Bergeron Blais
École du Val de Grâce
5e année, élève de Sylvie Gingras



Cher journal,
Je t’écris pour te dire mon plus grand rêve, celui d’aller faire le tour du monde avec toi. Ce que j’aime chez toi, c’est qu’on peut te dire des secrets et tu ne les diras jamais.
Sais-tu pourquoi je veux faire le tour du monde? Premièrement, je veux apprendre des langues mystérieuses. Je veux nager avec les dauphins et surtout connaître de nouveaux pays, de belles villes et des villages extraordinaires. Depuis que tu es arrivé dans ma vie, tout a changé parce que tous mes secrets les plus précieux et que je ne dirais même pas à ma meilleure amie, ils sont cachés dans tes pages.
Si mon rêve se réalise, c’est certain que je vais t’amener avec moi. En plus, tu m’as donné l’autorisation de faire une section pour que mes amies puissent m’écrire des petits mots. C’est vraiment merveilleux ! Nous ne pouvons peut-être pas rire ou nous amuser ensemble, mais je peux toujours le faire en écrivant.
Maintenant que je t’ai dit mon rêve et comment tu comptais pour moi, je vais te laisser.


Gabrielle Fortin
École du Val de Grâce
6e année, élève de Denise Capuccilli




Rêver pour deux

Chère fille, ferme tes yeux
Pose ta tête et rêve pour nous deux

Ferme tes yeux et vole avec le vent
Cherche les étoiles, cherche mon étoile
Ferme tes yeux et vole le temps

Sèche tes pleurs enfant de mon cœur
Je reste avec toi
Je suis là à chacun de tes pas
Tu dois continuer, tout va bien aller

Ferme tes yeux et rêve pour nous deux

N’oublie pas de rêver
N’oublie pas de t’évader
Crée ton univers
Brave ciel et terre
Pose ta tête et ferme tes yeux
Rêve à cet univers merveilleux
Visite le royaume des songes
Ce monde sans mensonges

Laisse-toi bercer par la mer
Suis le son des vagues
Sous le ciel étoilé
Chante comme la sirène
Nage comme les poissons

Ferme tes yeux et rêve pour nous deux

Dors mon bel ange
Plonge dans cette mer d’étoiles
Viens visiter les anges

Tu dois continuer à brûler
Comme ce soleil d’été
Et toujours savourer
Le goût de cette liberté

Quand tu te sentiras seule
N’oublie surtout pas
De fermer les yeux
Et de rêver pour nous deux.


Fauve Jutras
École La Ruche
3e secondaire, élève de Blanche-Neige Gosselin




Je rêve

Je rêve…
D’une vie agréable où tout est beau
Comme une envolée d’oiseaux
Ou une portée de chiots.

Je rêve…
De m’envoler comme un canard à l’automne
Et ne revenir qu’au printemps
Quand les bourgeons bourgeonnent
Et que le soleil rayonne.
Je rêve…
D’une vie sans soucis, sans ennemis,
Que des amis pour faire des «folleries».

Je rêve…
D’une vie tranquille
Sur une île un peu fragile
Et non dans une ville emplie de gorilles,
Qui me gardent en vie qu’à un fil
Pour ensuite me faire cuire sur le grill.

Je rêve…
D’une vie superbe
Où tous les gens vivraient tranquilles.
Sur mon île, tout serait possible!


David Bélanger-Lefebvre
École La Relance, élève de Michelle Gauthier




La triste réalité

Je t’écris, chère Afrique, pour te dire que j’ai rêvé de toi.

J’ai rêvé de tes enfants qui ont à peine dix ans
Ils viennent au monde avec une grenade à la main
Ils n’ont rien à manger; ils souffrent, ils ont faim.

Un de tes enfants m’a raconté
Ce à quoi il avait songé
Il voulait habiter un jardin d’Éden
Un sang pur qui coulerait dans ses veines.

Je me retournai et, en silence, j’ai pleuré

Tous ces enfants voudraient un peu de bonheur
Dans leur vie remplie de malheurs
S’éclore en regardant l’astre du ciel
Sans qu’il assèche l’eau qui leur est essentielle.

Pendant quelques minutes, j’Imaginai
Ce qu’il avait rêvé…
Le lendemain, je me levai
Les joues un peu mouillées.

C’était cependant la triste réalité


Stéphanie Vachon
École La Ruche
3e secondaire, élève de Danielle Gingras
En des temps hostiles même pour l’amour, lorsqu’un homme a tout perdu, il est une chose qu’on ne peut lui ravir : le rêve.




Chère amour,
Plus je compte les jours et plus le vide qui nous sépare semble grandir. Mais je survis grâce à l’espoir, ce doux nectar qui me nourrit et me permet de rêver, rêver à tout, rêver de rien, mais rêver surtout de rêver à nous deux enfin réunis.
Je nous vois enlacés et amoureux, dans une plaine vierge où rien ni personne ne peut nous déranger. Je sens le vent, compositeur aguerri créant toute une symphonie en soufflant sur l’herbe et dans les arbres. Je goûte le parfum du bonheur.
Hélas, il n’en est point de la sorte. Contrairement à mon rêve, ce monde hideux et belliqueux se noie dans une peur liquide et suffocante. Les hommes se fuient eux-mêmes et il n’est plus permis d’espérer. Mais je continue à espérer malgré tout, car le rêve est tout ce qui me reste.
Tandis que j’écris ces quelques mots, la neige tombe. N’aie point de crainte; mon cœur n’est pas fait de pavots. Rien ne réussira à faire flétrir mon amour pour toi, pas même la mort.
Il me tarde de te revoir, ma mie, ma douce

Ton amour


Maxime Turgeon
École La Ruche
4e secondaire, élève de Danielle Ferland

retour